jeudi 31 octobre 2013

En ce jour d’Halloween…..J’aime (!) – Chapitre II

Il y a deux jours est sorti le dernier album de Renato Zero, Amo – Capitolo II, soit J’aime – Chapitre II.

Comme vous le savez déjà, je suis une fan inconditionnelle de ce grand artiste italien, donc après m’être bien réjouie de l’avant-première de l’album disponible sur Youtube hier, j’ai fait l’acquisition de l’album aujourd’hui même, et j’en suis ravie.

Dans cette suite de 15 nouveaux titres, on retrouve tout à la fois le Renato Zero qu’on connait et une veine poétique et musicale renouvelée. Le titre de l’album est bien choisi, l’amour étant clairement le sujet dominant de l’album. Il s’agit de l’amour dans toutes ses nuances, amour universel ou romantique, amour pour la vie, amour pour les gens, amour profond et épanoui de Ti porterò con me (Je t’amènerai avec moi) ou rupture inexplicable de Alla fine (A la fin) – deux chansons merveilleuses.

Les “vrais” sentiments, ceux qui sont honnêtes et francs, sont incarnés - comme souvent dans la poésie zérienne - par des animaux dans l’attendrissante Via degli sciacalli n°0 (Rue des chacals n°0). Là on voit que la poésie zérienne est conservative-évolutive: ce sont sans doute les mêmes animaux que dans l’ancienne Da uomo a uomo, mais revus en des teints délicats, qui pourraient aussi convenir à des enfants (y compris, sans doute, les petits-enfants du chanteur!).


On retrouve aussi l’invitation à l’envie de vivre, de parier sur l’avenir, de se reprendre en main…un fil conducteur dans tout l’album et qui est particulièrement émouvant dans la chanson Si può (On peut). Cela s’accompagne de la foi, foi non pas juste dans les cieux mais surtout dans les hommes, présentée de manière très touchante dans Sia neve (Que ce soit la neige). A côté de la foi il y a aussi la lutte contre les injustices et les vulgarités de la société contemporaine, et l’invitation à redécouvrir son prochain et le monde qui nous entoure (Titoli di coda, Titres de fin; O si suona o si muore, On joue de la musique ou on meurt).

Enfin, petit clin d’oeil aux fans dans Il principe dell’eccentricità (Le prince de l’excentricité), et à la ville de Rome dans AmoR.

Puisque j’ai l’album depuis quelques heures seulement, je ne peux pas encore dire quelle est ma chanson préférée ni faire une analyse plus approfondie que ça maintenant. Tout ce que je peux dire, c’est que comme toujours Renato Zero parle directement au coeur et touche l’âme de qui l’écoute. Pendant ma première écoute de ce chapitre II de la trilogie Amo j’ai eu la chaire de poule du début à la fin! Encore une fois je me retrouve dans ces vers, dans ces rythmes qui ondulent entre les aigus des tubes zériens des années 1970 et des nouvelles sonorités tout à fait contemporaines, dans ces sentiments qui sont aussi les miens. En somme, je vous conseille vivement Amo – Capitolo II (disponible en numérique sur iTunes et “en dur” sur le site officiel de Renato Zero) et je me réjouis de réécouter et réécouter ces titres dans les semaines qui viennent….en attente de la tournée qui (on l’espère!) suivra l’album en 2014, après la fin de la première étape du tour Amo – chapitre I qui se terminera en décembre!

Je ne m’attendais pas à ce que l’album sorte cette semaine, et ça m’a tellement enthousiasmée que j’ai zappé sur le fait qu’aujourd’hui c’est Halloween…donc les gosses qui ont sonné chez moi viennent de repartir (quelque peu étonnés) avec…des mandarines! Ma foi, on fait avec ce qu’on a!

Sur cela, voici la synthèse officielle de l’album. Bonne écoute et bonne route!

1 commentaire:

  1. Ho ascoltato i pezzi di brani che hai pubblicato, i testi mi son piaciuti, mi sembra che tutti contengano contenuti e mesaggi semplici ma profondi.
    La musica, come sempre non mi entusiasma, magari ascoltando e riascoltando....e comunque nell'insieme un bel disco; ciao Francesca

    RépondreSupprimer